Article original

© Zakabog 2005 Source (CC BY 2.0)

Le chat du post-partum (Qatus nifâs)

Une expression culturelle de troubles puerpéraux en Tunisie


Najib DJAZIRI

Najib Djaziri est professeur de psychologie clinique, directeur de l’unité de recherches Enfances UR11ES26, Institut supérieur de l’enfance, 26 rue Taieb Mehiri 2016 Carthage Tunisie.

Bartels E. Les jeunes mères sont comme des chattes. Tourments et possession par les esprits chez les accouchées de la campagne tunisienne. IBLA 1986; 157 : 3-29.

Devereux G. Essais d’ethnopsychiatrie générale. Paris: Gallimard; 1973.

Djaziri N. Une Naissance au Maghreb. Essai d’anthropologie psychanalytique. Tunis: Centre de Publication universitaire/Laboratoire du Patrimoine; 2006.

Green A. La folie privée. Psychanalyse des cas-limites. Paris: Gallimard; 1990.

Kirmayer LJ. La résilience, la métaphore et le cerveau culturel. Entretien mené par Félicia Heidenreich. L’autre, Cliniques, Cultures et Sociétés 2010; (11) 2 : 135-147.

Moro MR, Mestre C, Réal I. Approche transculturelle de la périnatalité. In: Moro MR, Neuman D, Réal I., éditeurs. Maternités en exil. Mettre des bébés au monde et les faire grandir en situation transculturelle. Grenoble: La Pensée sauvage; 2008.

Nathan T. L’influence qui guérit. Paris: Odile Jacob; 1994.

Quartier F. Le maternel, le post-partum et la psychanalyse aujourd’hui. Revue Française de Psychanalyse 2011; 5 : 1443-1447.

Winnicott DW. (1969) De la pédiatrie à la psychanalyse. Paris: Payot; 1990.

Pour citer cet article :

Djaziri N. Le chat du post-partum (Qatus nifâs). Une expression culturelle de troubles puerpéraux en Tunisie. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2013, volume 14, n°3, pp. 342-348


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/le-chat-du-post-partum-qatus-nifas/

Le chat du post-partum (Qatus nifâs). Une expression culturelle de troubles puerpéraux (Tunisie)

Le chat du post-partum est un mal qui atteint les femmes qui accouchent. Pour l’identifier, nous avons effectué des entretiens auprès d’une vingtaine de femmes. Tel qu’il est décrit, ce mal englobe des symptômes très divers : somatisations ; agitation ; tristesse ; hallucinations. Parmi les causes invoquées, il y a des états dus à une perturbation psychologique intense ; l’accouchement décrit en termes de choc ; et le chat assimilé à un jinn, mauvais esprit (chat noir) qui possède l’accouchée. Les soins diffèrent selon la gravité des cas. En ce qui concerne les somatisations et la dépression, on utilise les bandages et les inhalations de plantes, mais en ce qui concerne les visions et la folie on utilise des rites qui sont plus extrêmes : effectuer des scarifications, des cautérisations à l’aide de la patte coupée d’un chat ou égorger un chat au-dessus de la tête de l’accouchée. Ainsi, la frayeur est guérie par la frayeur. Le chat du post-partum est une métaphore culturelle qui déculpabilise la mère ne la rendant pas responsable du rejet de son enfant, ni de l’ensemble des troubles qui peuvent la rendre malade.

Mots clés : culture, dépression post-natale, psychose puerpérale, puerpéralité, rite, société traditionnelle, Tunisie.

The cat of the post-partum (Qatus nifâs). A cultural expression of post-partum disorders (Tunisia)

The cat of the post-partum is an evil that attacks mothers who have just given birth. To identify this phenomenon, we led discussions with about twenty women. At it is described, this state bears various symptoms : somatisations, agitations, sadness, and hallucinations. Based on some of the reasons relayed, some cases are the result of a strong psychological disturbance. The delivery is described in terms of shock and the cat associated with a jinn evil soul (black cat) which takes over the woman giving birth. The cure differs depending on the seriousness of the situation. In case of somatisations and depression, gauzes and inhalation plants are used, but in case of visions and madness more extreme rituals are carried out including : scarification, cauterization using the amputated leg of a cat or else by cutting the throat of a cat above the head of the woman delivering. As such, fear is cured by fear. The cat of the post-partum is a cultural metaphor that takes the blame off the mother for the rejection of her child or for all the disorders that she can be affected by.

Keywords: culture, post-natal depression, post-partum psychosis, puerperality, rite, traditional society, Tunisia.

El gato del post parto (qatus nifas). Una expresión cultural de trastornos puerperales (Túnez)

El gato del post parto es un mal que afecta a las mujeres que dan a luz. Para identificarlo se han entrevistado a veinte mujeres. Tal como es descrito este mal engloba síntomas muy diversos : somatizaciones, agitación, tristeza, alucinaciones. Entre las causas invocadas se habla de una perturbación psicológica intensa, asumiendo el parto en términos de choque, y el gato asimilado a un jinn, un espíritu malo (gato negro). Los tratamientos son diferentes según la gravedad del caso. Para las somatizaciones y la depresión se utilizan las vendas y las inhalaciones de plantas. Para las visiones y la locura se utilizan ritos que son más extremos : escarificaciones, cauterizaciones con la pata cortada de un gato o degollar a un gato sobre la cabeza de la madre. Así, el pavor se cura con el pavor. El gato del post parto es una metáfora cultural que disculpa a la madre y que no la hace responsable ni del rechazo de su niño ni del conjunto de trastornos que pueden perturbarla.

Palabras claves: cultura, depresión postnatal, psicosis puerperal, puerperio, rito, sociedad tradicional, Túnez.

En Tunisie, Qatûs nifâs (littéralement : chat ou chatte du post-partum) est une dénomination qui désigne une pathologie en rapport avec des troubles du post-partum. Les accouchées et leur entourage craignent ce mal sans pouvoir le définir avec précision. Des femmes interrogées au cours d’une recherche antérieure (Djaziri 2006) en parlent d’une manière vague et fragmentaire.

L’objectif principal de la présente étude est de définir la nature de ce syndrome, ses causes, les soins prodigués en cas d’atteinte et les aspects en rapport avec la prévention.

Importance du post-partum

Dans le monde moderne, la grossesse est fortement investie par le système de soins et par la société d’une manière générale ; mais une fois qu’elle a mis au monde son enfant, la mère est en quelque sorte délaissée et tous les regards se tournent vers le bébé. Par contre, dans l’univers des cultures traditionnelles, la période du post-partum est reconnue comme une période à part entière : après l’accouchement, commence une série de soins qui consistent en des pratiques corporelles et rituelles dans le but d’accompagner la mère, de la soutenir et de prévenir ou de guérir les troubles qui peuvent l’atteindre.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !